COVID-19Santé

Des centaines de malades du Covid-19 déclarés guéris sans tests

Les deux tests PCR négatifs obligatoires pour être déclarés guéris ne sont plus nécessaires. Désormais, les malades qui ne présentent pas de symptômes durant trois jours à la fin de leur traitement sont déclarés guéris d’office. 

La course aux chiffres des guérisons serait-elle lancée? En deux jours successifs, les nouvelles guérisons du coronavirus atteignent des chiffres éloquents. Selon le dernier rapport du centre de commandement opérationnel (CCO), Covid-19, 189 malades ont recouvert la santé en 24h, portant leur effectif final à 1950 depuis le mois de mars.  Mais c’était surtout les 574 personnes déclarées guéries le 8 juillet qui avaient suscité des débats, voire même des inquiétudes au sein de l’opinion.  Comment avait-on pu tester autant de personnes déjà malades et confirmer leur guérison alors que les laboratoires doivent également analyser les nouveaux prélèvements?

La polémique a tellement enflé au point que la porte-parole du CCO Covid-19, le Pr Hanta Marie Danielle Vololontiana, était obligée d’apporter des explications dans son émission quotidienne. En fait, il n’y a plus de test et de contre-test réalisés sur les malades pour voir s’ils sont guéris ou pas. Ce sont toutes les personnes qui ne présentent plus de signes cliniques dix jours après l’apparition des premiers symptômes et trois jours suivant la fin de son traitement qui sont déclarés guéris. Chaque jour, les médecins appellent donc un par un les malades qui sont théoriquement confinés chez eux pour demander leur état et déclarer ensuite s’ils sont guéris ou pas.

«Ce n’est que la mise en application du protocole de sortie préconisé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en vigueur depuis le 27 mai. Ce protocole n’exige plus le test PCR qui devrait s’effectuer en l’espace de deux jours avant que le malade soit déclaré guéri», a expliqué le professeur.

Mais cette méthode est-elle fiable et, surtout, comment s’assurer que le malade connait bien les symptômes ou n’invente pas, surtout que la plupart des malades déclarés guéris par le CCO Covid-19 ont suivi des traitements chez eux et ont échappé aux contrôles minutieux des médecins dans les hôpitaux.

Sur ces 189 malades guéris, par exemple, 183 d’entre eux ont été traités à domicile. Seuls les six autres restant ont été hospitalisés dont 4 à Befelatanana et un chacun pour Anosiala et Alaotra Mangoro. Selon les explications du Pr Hanta Marie Danielle Vololontiana, les symptômes les plus courants comme la fièvre, la fatigue ou encore la détresse respiratoire ne devraient plus être ressenti par la personne pendant la période où elle est déclarée guérie. Par contre, il se pourrait encore que la toux sèche continue de persister pendant deux à trois semaines.

Quoi qu’il en soit, l’allègement du protocole de sortie des malades suscite des inquiétudes au niveau de la communauté. Le ministère de la Santé publique a déjà déclaré que tous les malades traités à domicile sont suivis par des médecins qui ne nécessitent pas toujours une présence physique. C’est d’ailleurs quasi-impossible compte tenu du manque des équipements et du personnel de santé. Il faut ainsi compter sur la bonne volonté et la bonne foi de chaque malade pour communiquer à son médecin traitant son état de santé,  mais est-ce qu’ils en ont tous?

 100% des nouvelles contaminations localisés à Antananarivo

Depuis quelques jours, Antananarivo a enregistré le nombre record des nouvelles contaminations. Tous les nouveaux cas positifs déclarés par le CCO Covid 19 en 24h sont tous issus de la Capitale. C’est le cas pour les 209 personnes testées positives au coronavirus sur les 587 tests effectués pour la date du 8 juillet. Ce qui porte ainsi le nombre des cas confirmés à 3782 depuis l’apparition des premiers cas en mars. Actuellement, 1799 malades suivent encore des traitements si 50 d’entre eux ont développé la forme grave du coronavirus.

 

 

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page