ActualitésEconomie

Crise économique: Les géants de l’industrie locale s’effondrent

La crise actuelle n'a pas épargné les industriels du pays. La Star, comme Ambatovy et tant d'autres, figurent parmi les grosses pointures qui en sont déjà impactés lourdement.

La Star a pris la disposition de mettre en arrêt ces cinq usines et d’envoyer la majorité de ses employés en chômage technique. La crise actuelle n’a visiblement épargné personne, même les géants comme cette industrie dans l’agroalimentaire qui a été donc contrainte de prendre de telle décision au neuvième prolongement de l’état d’urgence sanitaire.

Cette société a beau persévérer pour sortir indemne de cette crise mais au mois de mai, la situation ne lui était déjà plus tenable, l’obligeant à fermer son usine à Ambatolampy. Celles d’Andraharo, d’Andranovelona et d’Antsirabe ont par la suite subi le même sort. La Star a déjà informé ses employés qu’une cinquième usine fermera la semaine prochaine.

Ce sont alors plusieurs employés qui sont mis au chômage technique jusqu’à la fin du mois d’août. Ils étaient prévenus à travers une note interne que seuls ceux qui assureront les astreintes permanentes en sont épargnés. Ceux qui sont en chômage technique percevront alors une allocation équivalente à la moitié de leur salaire brut.

Une situation qui témoigne de la gravité de la situation actuelle

“Les décisions ont été motivées par la conjoncture sanitaire et économique actuelle et on parle de la viabilité de l’entreprise”, a d’ailleurs rapporté un collègue journaliste qui a été le premier à en être informé. En tout cas, une version officielle de la Star serait déjà attendue.

En tout cas, si même des géants comme la Star, Ambatovy ou encore QMM se retrouvent actuellement dans une situation aussi préoccupante, on n’ose pas imaginer ce qu’endurent les petites et moyennes entreprises du pays. Pas étonnant si l’ambassadeur du Japon lui-même est intervenu pour la reprise des activités d’Ambatovy. Pour le cas de cette compagnie minière, 450 entreprises en sous traitance et 3 000 paysans qui approvisionnent ses centrales d’achat en sont concernés.

L’État a certes avancé des facilitations pour l’accès des entreprises au crédit mais celles-ci sont bien loin de répondre à l’urgence de la situation. Une fois encore, leur demande de subvention ou la mise en place d’une caisse d’allocation chômage semble bien justifiée pour éviter une éventuelle explosion sociale.

 

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page