ActualitésFinances

Fonds Covid: Les aides affluent, la population demande des comptes

Les partenaires de la Grande île se mobilisent pour l'aider à faire face au Coronavirus. L'utilisation par l'État des fonds qu'ils débloquent suscite cependant la méfiance.

Le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a approuvé un deuxième décaissement de 171,9 millions de dollars en faveur de Madagascar, au titre de la Facilité rapide de crédit (FCR). Ce qui porte le soutien de cette institution pour faire face à la pandémie du coronavirus à 337,9 millions de dollars.

Pour le FMI, ce décaissement supplémentaire servira à financer les dépenses de santé et le plan d’aide économique dans le cadre du plan national d’urgence du gouvernement pour lutter contre cette pandémie.

Les aides continuent ainsi d’affluer. Sauf qu’au lieu de raviver l’espoir et l’optimisme de la population en cette période de crise, le manque de transparence quant à leur utilisation suscite de plus en plus la méfiance. La Directrice adjointe du FMI, Marie Antoinette Sayeh, a même rappelé qu’afin de garantir que les financements fournis sont utilisés de manière efficace pour faire face à la crise, “les autorités se sont engagées à renforcer la transparence, notamment avec la publication des marchés publics liés à la réponse à la pandémie et avec des audits post-crise”.

Un engagement qui n’est pas respecté jusqu’à ce jour par l’Etat, en se référant aux requêtes des organisations de la société civile (OSC), qui réclament plus de transparence au nom de la population malgache. Le ministère des Finances a certes publié un rapport provisoire sur les financements négociés et à négocier, en réponse à la pandémie du Coronavirus, mais ce document ne mentionne aucun détail justement sur les marchés publics. Outre ces détails sur les marchés publics, la liste des donateurs nationaux, les fonds en RPI, l’exécution technique et financière de ces fonds ainsi que les bénéficiaires, est aussi réclamée par les OSC.

Vers une croissance économique négative

En tout cas, la population malgache devra déjà s’attendre au pire.“La pandémie de COVID-19 continue d’affecter gravement des secteurs clés de l’économie, notamment le tourisme et l’industrie manufacturière orientée vers l’exportation, affaiblissant encore davantage les perspectives macroéconomiques. La croissance devrait être négative en 2020 et les besoins urgents de balance de paiements résultant de la pandémie ont augmenté avec un besoin de financement désormais estimé à environ 580 millions de dollars”, soutient le FMI.

 

 

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page