ActualitésBusinessEconomie

Centrale hydroélectrique: Les contrats du projet Volobe en cours de finalisation

Le projet Volobe avance lentement certes mais sûrement. Les parties concernées peuvent désormais s'attaquer à la signature de ses contrats finaux dont ceux sur la concession et l’achat de production avec la Jirama.

Plus d’opposition. La Compagnie générale hydroélectrique de Volobe (CGHV) devra pouvoir procéder à la signature des contrats finaux de son projet avec l’État et la Jirama, d’ici quelques semaines. Celle-ci avait livré au mois de mars et au mois de juin les détails techniques de ces contrats que la Banque mondiale lui avait réclamé. Des précisions qui ont pris du temps mais qui étaient nécessaires pour ce grand projet, a souligné Rémy Huber, le directeur général de la CGHV.

A rappeler que la signature du contrat d’achat d’énergie et le paraphe du contrat de concession de 35 ans accordée à la CGHV (avec la Jirama et le ministère de l’Energie) avaient déjà eu lieu au mois de février de cette année. Les parties prenantes avaient alors présenté, chacune de leur côté, ces documents auprès des autres entités qui sont également concernées par ce projet, vu que «quelques ajustements» pouvaient encore être entrepris.

Cette étape est franchie et la signature des contrats finaux est donc attendue. Mais la CGHV est déjà en train de préparer les appels d’offres pour la construction de cette centrale, dont les travaux devront démarrer avant la fin de l’année prochaine. Cette compagnie travaille parallèlement avec la Société financière internationale (SFI), qu’elle a mandatée pour l’aider à lever les financements de ce grand projet. “Les contrats de travaux et de financements devraient être prêts d’ici un an et permettront un ajustement du contrat d’achat d’électricité”, explique Rémy Huber.

Cependant, “le projet déjà ralenti dans la mise en œuvre de certaines actions sur le terrain, pourra encore être impacté par l’évolution de la crise sanitaire actuelle. La date du début du chantier pourra donc décaler. Toutefois, nous sommes confiants de l’engagement et de la volonté de toutes les parties prenantes à aller de l’avant”, souligne-t-il.

Cette centrale de 120 mégawatts, une fois opérationnelle, produira pour la région Atsinanana et injectera en même temps sa production sur le réseau interconnecté d’Antananarivo (RIA). Le prix du kilowattheure avec lequel la Jirama achètera cette production est de 7 cents dollars, selon les dernières informations du directeur general de la société d’État, Vonjy Andriamanga.

 

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page